5 pièges à éviter quand vous faites affaire avec un cabinet de traduction

cabinet de traduction

5 pièges à éviter quand vous faites affaire avec un cabinet de traduction

Saviez-vous que la tradition du poisson d’avril remonterait au Moyen Âge? En effet, elle aurait commencé au XVIe siècle, à l’époque où la nouvelle année a commencé à être célébrée le 1er janvier plutôt que le 1er avril. Et la tradition des farces du poisson d’avril se poursuit encore aujourd’hui.

Mais quand il est question de la traduction de vos documents, il n’y a pas matière à rire. Quand vous faites appel à un cabinet de traduction, vous voulez recevoir des traductions de qualité au moment voulu. Voici 5 pièges à éviter pour que le processus se déroule le plus harmonieusement possible, tant pour vous que pour le cabinet de traduction :

 

1. Ne pas bien expliquer le contexte

Pour bien comprendre votre contexte, le cabinet de traduction a besoin de quelques informations de base. Il faut lui préciser à qui s’adressera le texte et dans quelle région géographique se trouvent les destinataires. De plus, il faut bien indiquer à quoi servira la traduction. Sera-t-elle affichée sur un site Web, lue à haute voix dans le cadre d’une présentation ou distribuée sous forme d’affiche?
Tous ces éléments sont essentiels au cabinet de traduction pour qu’il soit en mesure de vous livrer des traductions idiomatiques et bien localisées (bien adaptées aux réalités locales des destinataires).

 

2. Oublier de transmettre des documents de référence

Si vous faites traduire un texte qui fait partie d’une série de documents sur le même sujet, vous voudrez que la traduction soit conforme à vos documents existants. Voilà pourquoi il faut penser à transmettre des documents de référence au cabinet de traduction. Il est aussi très important de transmettre vos glossaires ou vos lexiques, si vous en avez. Vous obtiendrez ainsi des traductions uniformes et cohérentes.

 

3. Ne pas communiquer l’information nécessaire au cabinet de traduction

Quand vous envoyez une demande de traduction, n’oubliez pas de mentionner toutes les consignes particulières que les traducteurs doivent suivre. S’il vous faut une traduction certifiée, mentionnez-le dès le départ. Il faut aussi prévoir que les traducteurs auront peut-être des questions sur le sens du texte. Si vous n’êtes pas l’auteur du document, donnez les coordonnées d’une personne-ressource qui pourra répondre à ces questions.

 

4. Envoyer plusieurs versions du même document

Dans la mesure du possible, il est préférable d’envoyer la version définitive d’un texte au cabinet de traduction, au lieu de lui envoyer plusieurs versions modifiées. Vous pourrez ainsi diminuer vos coûts de traduction et éviter d’avoir à reporter votre échéance. Assurez-vous donc d’inclure l’étape de la traduction dans votre planification. Au besoin, vous pouvez demander au cabinet de traduction de vous donner une indication du temps à prévoir pour la traduction de votre document.

 

5. Éviter de parler de la délicate question du prix

Pour éviter les surprises au moment de la facturation, n’hésitez pas à demander au cabinet de traduction de vous donner des éclaircissements sur la façon dont il facture son travail et sur les modalités de paiement. N’oubliez pas que vous pouvez toujours demander un devis (une estimation) quand vous faites affaire avec une entreprise de traduction. Ainsi, vous saurez exactement à quoi vous attendre.

Bref, pour éviter les « poissons d’avril » quand vous faites traduire des documents, la clé réside dans une bonne communication avec le cabinet de traduction que vous avez choisi!